Aperçu sur les croyances des chiites
Abdallah ibn Mohammad As-salafi  
  nombre de visiteurs : 117797  
Aperçu sur les croyances des chiites
     Aperçu sur les croyances des chiites
     Préface
     Introduction
     Quand est apparue la secte des « rawâfidhs » ?
     Pourquoi a-t-on désigné les chiites par « rawâfidhs» ?
     En combien de groupes se divise cette secte ?
     Quel est ce principe de « Novation » auquel croient les « rawâfidhs » ?
     Quel est la croyance des « rawâfidhs » concernant les attributs divins ?
     Quelle est la croyance des « rawafidhs » envers le Noble Coran ?
     Quelles sont les opinions des « rawâfidh » à l’encontre des compagnons du Prophète – Paix et Salut sur lui.
     Les points de similtudes entre les juifs et les « rawâfidh »
     Quelles sont les convictions des « rawâfidhs » au sujet de leurs imams ?
     Quelle est cette croyance du « Retour » dont professent les « rawâfidhs » ?
     Quel est ce principe de foi qu’est la « taqiyyah » ou dissimulation chez les « rawâfidhs » ?
     Qu’elle est cette « terre » qu’ils considèrent comme un principe de leur foi ?
     Quelles sont les convictions des « rawâfidhs » concernant les sunnites ?
     Quelles sont les convictions des « rawâfidhs » de la «mut’a » ou mariage temporaire et quel mérite a-t-il à leurs yeux ?
     Quelles sont les convictions des « rawâfidh » au sujet de Najaf et Karbalâ et quel est le mérite de la visite de ces lieux
     Quelles sont les divergences entre les chiites « rawâfidhs » et les gens de la sunnah ?
     Quelle conviction les « rawâfidhs » ont du jour de « ‘Achourah » et quel est, pour eux, son mérite ?
     Quelles convictions ont les « Rawâfidhs » concernant l’allégeance ?
     Est-ce qu’une conciliation est possible entre sunnites unitaires et « rawâfidhs » associationnistes ?
     Paroles de certains imâms (sunnites) anciens et contemporains au sujet des « rawâfidhs »
     Le prétendu chapitre de la « wilayah » ( allégeance )
     La prétendue tablette de Fatimah
     Invocations à l’encontre des idôlatres de Qoraych
     Conclusion
     Références bibliographiques
     Sites importants recommandés
 
Quelles convictions ont les « Rawâfidhs » concernant l’allégeance ?

             Les « rawâfidh » considèrent que tout gouvernement en dehors de celui des duodécimains est illégal. On lit dans « Al-kâfy bi charh Al-Mâzindarâny » ( Commentaire du Kâfy concernant Al-Mâzindarany ) et « Al-ghayba » ( L’occultation ) de Al-Na’many que Abou Jaafar a dit : « Tout drapeau levée par un dirigeant avant celui d’ « Al qaim » - le Mahdi des chiites – alors ce dirigeant est un tyran[1] »

            Pour eux, l’obéissance, sauf par dissimulation, à un dirigeant non institué par Allah n’est pas légale. Il en est de même concernant un imam ou autre despote et injuste, impropre à l’imama. Ce qui est visé dans tout cela, ce sont les dirigeants musulmans en dehors de leurs imams. En tête de liste des dirigeants on trouve  les califes bien guidés – qu’Allah les agrées - : Abu Bakr, ‘Omar er Othmân.

             Al Majlisy, chiite égaré, dans son ouvrage « Bihâr al-anwâr » écrit à propos des trois califes bien guidés ce qui suit : «  Ils étaient des spoliateurs, injustes et apostats. Qu’Allah les maudisse ainsi que ceux qui les ont suivi et qui les suivent toujours[2] »

            Voilà ce qu’écrit leur imam Al Majlisy, dont le livre est considéré comme leur principale référence, au sujet des meilleures personnes après les messagers d’Allah.

           Sur la base de ce principe concernant les dirigeants musulmans, ils considèrent que tous ceux qui traitent avec ces derniers participent également à leur injustice et despotisme.

          Al Kulayni rapporte que Amr ibn Handalah a dit : «  J’ai questionné Abou Abdallah, à propos de deux de nos compagnons en désaccord au sujet d’une question religieuse ou d’héritage et qui ont déposé leur affaire devant un tribunal ( non chiite ), est-ce que cela leur est permis. Il répondit : «  Celui qui accepte leur jugement, à tort ou à raison, c’est comme s’il accepte l’illicite même s’il a gain de cause. Car le jugement a été rendu par un tyran[3]. 

        L’imam Al Khomeyni dans son livre « Al hukumah Al-islâmiyyah » ( Le gouvernement islamique ), suite à leurs discours, a dit : « L’imam, lui-même, dissuade de recourir aux dirigeants et à leurs juges et considère que le recours à leurs services est un recours au despotisme[4] » 

        Dans le livre « At-taqiyyah fi fiqh ahl al-beyt »( La dissimulation dans la jurisprudence des Ahl al beyt ) dans la neuvième section au sujet de la dissimulation dans le jihâd et qui est une conclusion relative aux recherches de l’ayatollah al-haj al-cheikh Muslim Al Dâwiry, à propos de la conduite à tenir devant un dirigeant despote(pour les chiites, le dirigeant despote c’est bien évidemment le dirigeant sunni). Il dit : «  Participer à la vie civile d’un Etat dirigé par un despote suppose trois situations : 1)On peut y participer dans le but d’alléger le fardeau des croyants[5], de les aider dans leurs démarches ou de régler leurs affaires. Cette participation est souhaitable et c’est ce qui apparaît  dans ce qui doit être recherché en guise de bonnes œuvres comme nous l’avons traité plus haut. 2) Ou encore, on peut y participer dans le but de gagner sa vie et d’être dans le confort. Si cette attitude est permise, elle n’en demeure pas moins répréhensible . Mais si on fait preuve de générosité et d’assistance vis-à vis de ses frères coreligionnaires, cela est une rémission des péchés comme il a été relaté dans certaines traditions rapportées concernant le bien-agir envers les croyants et le soulagement de leurs peines.3) Enfin, on peut y participer par nécessité et besoin de se nourrir et cela est permis sans blâme[6] »

          Constate, frère en islam, comment, au sujet des sunnites, ils ont décrété qu’ils étaient injustes !!  Et comment, sans perdre toujours de vue leurs intérêts, ils ont posé les conditions d’une participation à la vie active avec les sunnites.

           Comme il est bien constaté, les « rawâfidhs » n’acceptent qu’un gouvernement chiite et lorsqu’ils travaillent en un lieu ils n’embauchent que leurs coreligionnaires et essayent, tant que peut se faire, d’éloigner les sunnites de certaines activités de façon à avoir la mainmise sur tout.

       Allah est suffisant pour protéger les musulmans de leur mal !



[1] « Al-kâfy bicharh Al-mâzindarany  12>371, cf aussi « Kitâb al bihâr” 25/113

[2] « Kitâb al-bihâr » Al-Majlisy , 3/385

[3] « Al-Kâfy » Al-Kulayni 1/67 ; « At-tahdîb” 6/301 ; “ Man lâ yahduruhul –faqîh” 3/5

[4] « Al-hukumah Al-islâmiyyah” p. 74

[5] Ce qui est visé par le terme « croyants » c’est les chiites.

[6] « Kitâb at-taqiyyah fi fiqh ahl al beyt ,taqrir li abhath samâhat ayatollah al-haj al-cheikh muslim Ad-dâwiry, 2/ 153

 

 
Retour a la page principale
قسم الأخـبـار :: الدفاع عن السنة