Aperçu sur les croyances des chiites
Abdallah ibn Mohammad As-salafi  
  nombre de visiteurs : 121613  
Aperçu sur les croyances des chiites
     Aperçu sur les croyances des chiites
     Préface
     Introduction
     Quand est apparue la secte des « rawâfidhs » ?
     Pourquoi a-t-on désigné les chiites par « rawâfidhs» ?
     En combien de groupes se divise cette secte ?
     Quel est ce principe de « Novation » auquel croient les « rawâfidhs » ?
     Quel est la croyance des « rawâfidhs » concernant les attributs divins ?
     Quelle est la croyance des « rawafidhs » envers le Noble Coran ?
     Quelles sont les opinions des « rawâfidh » à l’encontre des compagnons du Prophète – Paix et Salut sur lui.
     Les points de similtudes entre les juifs et les « rawâfidh »
     Quelles sont les convictions des « rawâfidhs » au sujet de leurs imams ?
     Quelle est cette croyance du « Retour » dont professent les « rawâfidhs » ?
     Quel est ce principe de foi qu’est la « taqiyyah » ou dissimulation chez les « rawâfidhs » ?
     Qu’elle est cette « terre » qu’ils considèrent comme un principe de leur foi ?
     Quelles sont les convictions des « rawâfidhs » concernant les sunnites ?
     Quelles sont les convictions des « rawâfidhs » de la «mut’a » ou mariage temporaire et quel mérite a-t-il à leurs yeux ?
     Quelles sont les convictions des « rawâfidh » au sujet de Najaf et Karbalâ et quel est le mérite de la visite de ces lieux
     Quelles sont les divergences entre les chiites « rawâfidhs » et les gens de la sunnah ?
     Quelle conviction les « rawâfidhs » ont du jour de « ‘Achourah » et quel est, pour eux, son mérite ?
     Quelles convictions ont les « Rawâfidhs » concernant l’allégeance ?
     Est-ce qu’une conciliation est possible entre sunnites unitaires et « rawâfidhs » associationnistes ?
     Paroles de certains imâms (sunnites) anciens et contemporains au sujet des « rawâfidhs »
     Le prétendu chapitre de la « wilayah » ( allégeance )
     La prétendue tablette de Fatimah
     Invocations à l’encontre des idôlatres de Qoraych
     Conclusion
     Références bibliographiques
     Sites importants recommandés
 
Quelles sont les convictions des « rawâfidhs » de la «mut’a » ou mariage temporaire et quel mérite a-t-il à leurs yeux ?

                « Al mut’a » ou mariage temporaire a chez les le « rawâfidhs » un grand mérite. Qu’Allah nous en présèrve !

                Dans l’ouvrage « Minhaj al Sadiqin » ( la voie des sincères ) de Fathul-lah al Kâchâny, il est rapporté que Al Sadeq a dit : « Al mut’a   est ma religion et la religion de mes pères. Celui qui la met en pratique, pratique notre religion et celui qui la dénonce, dénonce notre religion, et ne fait pas parti de nous. Et l’enfant issu d’ al mut’a  est meilleur qu’un enfant issu d’une épouse pour toujours. Celui qui dénonce al mut’a  est un mécréant renégat[1] »

                 Al  Qomy écrit dans son livre « man lâ yahduruhu al-faqih »   ( Ce qui ne se présente pas au jurisconsulte ) que Abdallah ibn Sinân rapporte qu’ Abdallah a dit : «  Allah Très-Haut nous a interdit les boissons alcoolisées et nous a compensé par al mut’a  [2] »

                 Dans « Tafsir minhaj as-sadiqin » ( le commentaire de la voie des sincères ) de Fathul-lah Al Kachany, il est rapporté que le Prophète - Paix et Salut sur lui – a dit : « Celui qui applique al mut’a  une fois se préserve du courroux divin, s’il le fait par deux fois il sera ressuscité parmi les pieux et s’il le fait par trois fois il sera avec moi au paradis » Toujours dans le même ouvrage, on lit que le Prophète a dit : «  Celui qui contracte un seul mariage temporaire (al mut’a)  aura le degré d’Al Hussein, s’il le fait par deux fois il aura le degré d’Al Hassan, par trois fois le degré de Ali ibn Abi Talib et par quatre fois son degré est comparable au mien[3] »

                Les « rawâfidhs » ne limitent pas le nombre de mariages temporaires. Dans les ouvrages « Furu’ al-kâfy », « Al Tahdib » et « Alistibsar », il est dit que Zurarata a rapporté qu’ Abdallah a dit : «  Je l’ai interrogé au sujet du mariage temporaire (al mut’a)  si ce dernier était limité à quatre ? Il me répondit : Epouse si tu veux mille, ce sont des femmes de location » Mohammed ibn Muslim rapporte que Jaafar a dit au sujet du mariage temporaire : «  Cela n’est pas limité à quatre car elles ne peuvent être  divorcer ni hériter, ce sont des femmes de location[4] »

         On est en droit de dire comment cela est possible alors qu’Allah le Très-Haut a dit : [ Ils ont dores et déjà réussi – les croyants qui se recueillent dans leurs prières – qui se détournent des futilités – qui s’acquittent de l’aumône prescrite – qui préservent leur sexe – excepté avec leurs épouses ou les esclaves en leur possession, ceux-là n’encourent aucun blâme – quant à ceux qui outrepassent ce que Nous leur avons prescrit, ceux-là sont des transgresseurs ] chap. 23 v. 1 à 7

 Ces versets nous indique ce qui nous est permis au sujet des femmes : c’est d’avoir une épouse dans le cadre d’un mariage légal ou ce que nous avons sous nos mains comme esclaves. En dehors de cela, aucune femme nous est permise. La femme de location ne peut-être considérée comme une épouse car elle ne peut hériter ni être  divorcée. Donc c’est une prostituée ! Qu’Allah nous en préserve !

         Son excellence, le cheikh Abdallah ibn Jibrin a dit : «  Les rawâfidhs » prennent comme référence pour autoriser le mariage temporaire le verset contenu dans le chapitre 4, «  les femmes », verset 24 : [  ( Est également interdit ) les femmes mariées exception faite de vos esclaves ; Telles sont les prescriptions d’Allah à votre endroit. En dehors de celles qui viennent d’être mentionnées, il vous est permis de chercher, moyennant votre argent, à vous marier sans commettre d’adultère. Remettez obligatoirement son dû à toute femme dont vous avez joui. Mais une fois l’obligation remplie, vous ne serez pas blâmés pour vous être accordés sur un montant en sus, car Allah est Très Savant et Très Sage ]

         La réplique est la suivante : Tous ces versets traitent du mariage et ceci depuis le verset 19, chap. 4 [ Ô vous qui croyez, il ne vous est pas permis d’hériter des femmes (comme un bien) contre leur gré ] et v. 20 [ Si maintenant vous souhaitez substituer à une épouse à laquelle vous avez accordé une dot considérable ] et v. 21 [  N’épousez pas les femmes que vos pères ont eu pour épouses ] et v. 23 [  vous sont interdites vos mères… ] Puis après avoir mentionné les femmes dont il nous est interdit d’épouser, que cela soit par parenté ou alliance, Allah nous dit ( v. 24) : [  Il vous a permis en dehors de cela… ] C’est à dire les autres femmes. Si vous les épousez, alors donnez-leur la dot convenue. Si ces futures épouses vous font grâce de ce que vous leur avez alloué, cela n’est pas un péché. Ainsi a été commenté ce verset par les compagnons et les tabiins[5].

       Et voilà qu’une autorité des « rawâfidhs » le cheikh Al Tûsi dans son livre «  Tahdib al-ahkam » ( Réforme des statuts ) désapprouve le mariage temporaire et le critique. Il dit : «  Si la femme appartient à une famille noble, il n’est pas permis de la louer car cela déshonore la famille et apporte du mépris pour la femme[6] »

      Les « rawâfidhs » sont allés jusqu’au point d’autoriser la sodomie. Dans le livre «  Al istibsâr » ( La clairvoyance ) on lit que Ali ibn Al Hakam a dit : «  J’ai entendu Safwân dire : J’ai dit à Al Ridhâ : un de tes esclaves m’a prié de te poser une question car il te craint et a honte de te la poser directement. Al Ridhâ dit : quelle est-elle ? Je lui ai dit : Est-ce que l’homme peut sodomiser sa femme ? Il répondit : Bien sûr[7] !



[1] « Minhâj as-sâdiqin » Mollah Fathul-lah  Al-Kâchâny  2/495

[2] « Man lâ yahdaruhu al-faqih » Ibn Babouyeh Al-Qumy p. 330

[3] « Al-furu’ al-kâfy” Kulayni 5/451 ; “At-tahdib” 2/188

[4] « Tafsir minhâj as-sâdiqin” Mollah Fathul-lah Al-kâchâny 2/492 et 493

[5] Paroles rapportées par son excellence le cheikh ben Jabrin – que Dieu lui accorde un haut degré – L’argument contenue dans la Tradition concernant l’interdiction du mariage temporaire est ce qui est rapporté par Rabi’ ben Busrata Al-Jahny de son père qui lui a raconté alors qu’il était avec le Prophète – Que les Grâces unitives et le Salut soient sur lui – qu’il a entendu dire ce dernier ce qui suit : «  Ô gens ! Je vous ai autorisé le mariage temporaire. Dieu l’a interdit jusqu’au Jour de la résurrection. Celui qui a contracté un mariage temporaire qu’il s’en détourne et ne leur reprenez quoique ce soit de ce que vous leur avez donné »Tradition rapportée par Muslim sous le n° 1406

[6] « Tahdib al-ahkam » At-tûsi , 7/ 227

[7] « Al-istibsâr » At-tûsi 3/ 243


 
Retour a la page principale
قسم الأخـبـار :: الدفاع عن السنة